Département, Archives départementales

L'hommage des Audois.es à Marcel Rainaud

La mémoire de Marcel Rainaud, président du conseil général de 1998 à 2011 disparu le 10 avril dernier, a été honorée, ce vendredi 18 septembre, lors d'une cérémonie au cours de laquelle les archives départementales de l'Aude ont été baptisées de son nom.

Publié le

La période de confinement liée à la pandémie de covid-19 avait empêché tout hommage public au moment de sa disparition, le 10 avril dernier. Ce vendredi 18 septembre, Audoises et Audois ont donc honoré la mémoire de Marcel Rainaud, président du conseil général de l'Aude de 1998 à 2011, au pied du bâtiment des archives départementales qu'il avait portées sur les fonds baptismaux et qui portent désormais son nom.

Les archives départementales baptisées du nom de Marcel Rainaud

"Le bâtiment devant lequel nous nous dressons en cette fin de journée est emblématique de la présidence de Marcel Rainaud, a d'ailleurs comparé Hélène Sandragné, présidente du Département. Ces Archives départementales sont à la fois fonctionnelles et imposantes. Elles permettent, depuis plus de quinze ans, à tous les passionnés d’histoire locale, de venir consulter les trésors que recèlent les kilomètres de rayonnage dans un espace de quiétude et de lumière, ouvert sur le monde extérieur."

Une date symbolique, aussi, "pour mieux souligner cet engagement de toute une vie. Car nous sommes à la veille des journées européennes du patrimoine, dont le thème est, cette année "Education et patrimoine : apprendre pour la vie !", a rappelé l'édile. Quoi de plus naturel donc que de nous réunir en ce lieu pour honorer l’inventeur du voyage "Au nom de la mémoire" et l’infatigable promoteur du devoir de mémoire, notamment sur la Déportation et la Seconde Guerre Mondiale. Il savait que la visite des lieux mémoriels était un des plus beaux et efficaces moyens de marquer d’une trace indélébile tous ceux qui s’y sont rendus. Et qu’à la suite, se faisant eux-mêmes les témoins ce qu’ils ont vu, ils puissent clamer, comme en son temps l’avait fait Primo Lévi : "Plus jamais ça !"."

Un homme de terrain mettant au dessus de tout la relation humaine

Remerciant, au nom de sa famille, l'assistance d'être venue, Gael Rainaud a tour à tour évoqué "la sincérité, l'authenticité, l'honnêteté" de son grand-père, qui avait pour devise "Pour vous, pour l'Aude". Membres de sa famille, conseillers départementaux, maires, députés, sénateurs, conseillers régionaux, membres du cabinet, militants... qu'ils soient anciens élus ou collaborateurs, encore en fonction ou éloignés de la vie politique, agents territoriaux ou retraités, tous, par leur présence, ont salué "un homme de terrain mettant au-dessus de tout la relation humaine, pour reprendre encore les mots d'Hélène Sandragné. Il donnait cette impression – et c’était la vérité – de connaître tout de l’Aude, tout de ses concitoyens et qu’aucun endroit de ce si beau département ne lui était étranger. Il savait mieux que quiconque identifier les atouts mais aussi les faiblesses de nos territoires, tant il était enraciné dans la réalité de notre quotidien".

"Élu acharné à la tâche, promoteur inlassable de la ruralité et fervent défenseur des services publics, il a marqué de son empreinte notre département et tous ceux qui l’ont côtoyé, pour une heure ou tout au long de sa vie", a poursuivi l'élue, faisant notamment écho aux propos tenus quelques instants plus tôt par André Viola, qui avait succédé à Marcel Rainaud à la présidence du conseil départemental en 2011.

Il avait la solidarité et l'humanisme chevillés au cœur. C'était sa raison d'être, c'était son espérance.

"Marcel était un infatigable travailleur, un adepte des rendez-vous matinaux souvent dès 7 heures du matin et nous avons ensemble travaillé et œuvré sur tout un tas de dossiers dans une parfaite relation qui m’a beaucoup marqué", s'est souvenu André Viola, retraçant la vie d'un "militant engagé, socialiste convaincu".  Un homme qui "aimait la politique parce qu’il aimait les gens, mais ni pour les honneurs, ni pour la gloire et encore moins pour les guerres picrocholines qui, trop souvent, jonchent un parcours d’élu (...) Il avait la solidarité et l’humanisme chevillés au cœur. C’était sa raison d’être, c’était son espérance. 
Il avait la clairvoyance, la rudesse dans l’épreuve et la force de caractère de ceux qui savent qu’on ne badine pas avec les convictions. Chacun de ceux qui l’ont connu pense à cet instant à tellement de moments où il a su mobiliser ces vertus." 

Collège de Saint-Nazaire, rocade Nord, inondations de 1999... treize années à la tête du Département de l'Aude

Professeur de mathématiques, natif de Talairan dont il fut maire durant 25 ans, sénateur de l'Aude de 2006 à 2014, Marcel Rainaud a laissé à André Viola l'image d'un "travailleur matinal, méthodique et rigoureux" qui "s’est vite imposé par la justesse de son raisonnement, accompagnée d’une bonhomie toute communicative. Là où règnent souvent coups d’éclat et coups de menton, c’est grâce à sa méticulosité et au goût du travail bien fait qu’en bon vigneron, il s’imposa comme le digne successeur d’une lignée de présidents illustres en 1998, lorsque Raymond Courrière décida de cesser ses fonctions."

Et de rappeler l'œuvre qu'il laissa, au terme de 13 années où il présida aux destinées de l'Aude : les archives départementales, le collège Marcelin-Albert de Saint-Nazaire, la rocade Nord de Carcassonne..."Trois exemples parmi tant d’autres"... André Viola a enfin gardé en mémoire "un épisode de la vie politique [de Marcel Rainaud] qui le marqua plus que tout autre :  les inondations de 1999.  Les larmes d’un homme vinrent en écho à ces torrents qui dévalaient dans tout l’Est du Département et avaient entraîné tant de pertes humaines au-delà des innombrables dégâts matériels. L’Aude était anéantie. Il fallait mettre tous les moyens dans la bataille pour qu’elle se relève. Grâce à la persévérance de Marcel, ils ont été mis (...) Jeune conseiller régional à l’époque je me souviens de ce président de conseil général, bottes au pied, exposant au Premier ministre Lionel Jospin l’étendue des dégâts. Sa parole fut entendue, la reconstruction était enclenchée." Rappelant, pour terminer, la contribution de Marcel Rainaud à la création du Syndicat mixte des milieux aquatiques et des rivières (Smmar),  participant ainsi  "au développement de la culture du risque et aux actions pour y remédier".

Marcel Rainaud, enfin, a "su faire entrer le Département dans le XXIe siècle, notamment en lançant la démarche "Audevant ! Le projet durable des Audois" depuis le début des années 2010", a salué, pour conclure, Hélène Sandragné. Il a su positionner notre collectivité départementale au service du territoire, des autres collectivités et des habitants. Le service public départemental est incontournable et André, comme moi-même, avons fait, faisons et ferons tout notre possible pour marcher dans le sillon tracé."