Environnement, Santé

L'Aude dit non aux perturbateurs endocriniens !

Réduire l’exposition de la population aux perturbateurs endocriniens, c’est possible ! Le Département de l’Aude s’est engagé en ce sens en signant, le 17 décembre 2019, la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens ». La collectivité affiche ainsi sa volonté d’agir de manière concrète, dès cette nouvelle année, pour réduire l’exposition des Audois·es aux perturbateurs endocriniens dont les effets néfastes sur les organismes sont reconnus. Zoom sur les engagements pris.  

Publié le

C’est voté ! Le Département de l’Aude a officiellement signé la charte la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens » le 17 décembre dernier. Lancée en 2017 par le Réseau Environnement Santé, cette charte invite les collectivités à s'engager dans une démarche visant à réduire l'exposition des populations et des écosystèmes aux perturbateurs endocriniens.

Pour le président André Viola, il s'agit de "développer des pratiques vertueuses"

"La commande publique est un levier d’action que nous devons activer pour demander à nos fournisseurs de limiter l’usage des perturbateurs endocriniens présents dans de nombreux produits, considère le président du Conseil Départemental, André Viola. Le Département de l’Aude va ainsi instaurer des critères d’écoconditionnalité dans les contrats et les achats publics. L’objectif est de développer des pratiques vertueuses pour réduire l’exposition à ces substances chimiques."

Car il y urgence : la contamination est aujourd’hui générale et les conséquences sur notre santé néfastes. L’exposition à de faibles doses de perturbateurs endocriniens, présents notamment dans les plastiques, est en effet suspectée de jouer un rôle dans un grand nombre de pathologies en progression : troubles neurocomportementaux et cognitifs, obésité, puberté précoce, diabète de type 2, cancers hormono-dépendants, infertilité ou maladies thyroïdiennes. 

Bannir le plastique des cantines audoises

Concrètement, le Département de l’Aude s’engage à diminuer l’exposition à plusieurs niveaux. Les perturbateurs endocriniens seront bannis des produits d’entretien utilisés par les agents sur les sites départementaux. Dans les restaurants scolaires et administratifs, les matières plastiques seront interdites pour tous les ustensiles voués à cuisiner, chauffer ou servir les plats. La consommation d’aliments biologiques sera encouragée, notamment par l’incitation des achats alimentaires en circuits courts via le dispositif Agrilocal11.

Pour l’entretien des routes, le Département de l’Aude, fidèle à la politique Zéro Phyto engagée depuis 2016 et qui lui a récemment permis d’être récompensé du label « Terre Saine », respectera la loi interdisant l’usage des pesticides. De même, le développement des biotechniques dans le monde agricole, à l’image du dispositif « Ma vigne au naturel » pour les viticulteurs, sera soutenu et encouragé. 

Des analyses de l’air dans les collèges de l'Aude

Dans les collèges publics du département, la qualité de l’air sera analysée. En fonction des résultats obtenus, des travaux de rénovation pourront être décidés. De même, une attention particulière sera portée aux locaux et matériels de services de la Protection Maternelle et infantile ainsi qu’aux établissements médico-sociaux. Enfin, lors des renouvellements de marchés, le Département souhaite mettre en place des critères d’éco-conditionnalité pour écarter les produits contenant des perturbateurs endocriniens dans les achats publics.

 

Le forum Accel'air pour impliquer tou.te.s les Audois.es

Au-delà de ces actions de terrain, le Département s’engage à sensibiliser la population aux bonnes pratiques avec l’organisation d’événements dédiés, comme le forum Accel’air, lancé l’an dernier et dont la deuxième édition se tiendra les 19 et 20 juin prochains. Le Département informera les citoyen·ne·s chaque année sur l’avancement des engagements pris pour éliminer l’exposition aux perturbateurs endocriniens.  

Les perturbateurs endocriniens, un danger pour notre santé

Car le constat est inquiétant : les perturbateurs endocriniens sont partout et ont des incidences sur notre santé. Mais de quoi parle-t-on ? Phtalates, bisphénol A, DEHP, alkylphénols… Les perturbateurs endocriniens, ce sont ces molécules qui ont un impact sur le fonctionnement de nos hormones, pouvant à terme provoquer des dysfonctionnements hormonaux et des problèmes de santé. On les trouve dans les plastiques alimentaires, les pesticides, les produits cosmétiques, les jouets, les médicaments, l’alimentation, etc. Autant dire que la chasse est ouverte !